Egéries et pygmalions, Marthe Bonnard, Vera Broïdo, Dina Vierny

Les égéries ont toujours occupé une place essentielle dans la vie des artistes. Marthe Bonnard, Dina Vierny et Vera Broïdo sont à cet égard emblématiques.

egeria_marthe-bonnard_dina-vierny_vera-broido_photography

Marthe de Méligny (pseudonyme que Maria Boursin se donna lors de sa première rencontre avec son futur époux) fut le modèle presque exclusif du peintre Pierre Bonnard durant une cinquantaine d’années. De caractère farouche, d’une santé fragile, probablement mal à l’aise dans le milieu de l’art, Marthe se replia progressivement dans une sorte de réclusion domestique. Pierre Bonnard l’accompagna dans cet isolement en y dérogeant qu’exceptionnellement. Il peint son épouse et donc égérie (le mariage n’eut lieu qu’assez tardivement, révélant par la même occasion l’identité exacte de sa compagne) dans une très grande quantité de ses œuvres. Elle apparaît fréquemment nue, à sa toilette, transfigurée dans une image de perpétuelle jeunesse, son visage est souvent dissimulé. Elle est indifférente ou repliée. Le peintre du Cannet dépeignait avant tout la lumière et son rendu, la sensation, la figure n’est par conséquent pour lui que secondaire, c’est pourquoi Marthe est comme immergée, absorbée par le motif, bien qu’elle habite obstinément nombre de toiles, parfois sans autre nécessité que d’être présente, de marquer subrepticement de son empreinte l’espace pictural.

Dina Vierny fut un des modèles du sculpteur Maillol qui l’a soutenu jusqu’à son dernier souffle. Fille d’une famille d’exilés russes de confession juive, dont le père périt dans les camps de la mort, elle connut une vie mouvementée et romanesque[…]


En savoir plus

Paru la première fois sur artefields.net

Pin It on Pinterest

Share This