Le sourire et ses vicissitudes dans l’art occidental

Le sourire dans les arts visuels a connu de longues éclipses, dans l’art grec de la période archaïque il est omniprésent pour presque totalement disparaître durant le moyen âge puis resurgir, avec réserve, à la Renaissance pour finalement devenir anecdotique en tant que manifestation de la joie particulière et hédoniste (l’impressionnisme, notamment Renoir) ou purement sémiotique dans le Pop Art.

La pensée grecque, qui a inventé le concept de philosophie, a eu pour principale préoccupation la recherche du bonheur, pas seulement en tentant de le définir mais en adoptant une manière de vivre qui soit sage, équilibrée, exempte de maux, propre à procurer un état non de non-souffrance mais surtout de satisfaction fondée sur la Vérité.

Les philosophes grecques n’étaient donc pas de purs théoriciens mais des hommes recherchant activement la sagesse. Une sagesse qui pour les grecques était indissociable de la vie dans la polis. Le bonheur grecque n’est donc pas hors ce monde mais dans la cité.

Le sourire s’il n’est pas de commande ou simulé est censé exprimé un état de satisfaction, un moment d’équilibre ou de bonheur. Pourtant durant la période archaïque le sourire des statues exprime quelque chose de différent.

En effet, toute la statuaire grecque de la période archaïque est habitée par le sourire des Kourai et Kouroi. Dans la plastique hellénique, de 600 à 480 avant notre ère, il est omniprésent, son intensité est en outre spécifiquement grecque. Les spécialistes ont bien souligné l’influence de l’orient et de l’Egypte quant à la probable adoption de ce trait expressif mais jamais avec une telle franchise et un anthropomorphisme aussi prégnant. On considère d’ailleurs en général qu’un des premier sourires de l’histoire est sumérien. Il s’agit de la statue en albâtre, coquillage, bitume et lapis-lazuli représentant Abih II, un dignitaire du royaume de Mari en Mésopotamie, œuvre remontant à 2400 avant l’ère chrétienne[…]


En savoir plus

Paru la première fois sur artefields.net