Mark Manders les machines célibataires

Mark Manders, de manière probablement ambiguë, définit sa démarche comme un autoportrait conçu à l’image d’une construction, un lieu où, par relations croisées et plus ou moins accidentelles, l’espace intime prend forme.

Cette définition de l’autoportrait en tant que projection mentale pourrait passer pour quelque peu banale si on ne la comprenait pas avant tout comme une « fausse » piste, laquelle nous invite à voir de plus près ce que sont ces lieux parcourus de cloisons, d’êtres et d’espaces découpés, qu’érige, avec obstination, Mark Manders.

En réalité, pour le plasticien néerlandais, l’autoportrait est essentiellement une autofiction de l’artiste dans la posture de l’auspice, paré des atours dissimulateurs d’un Praxitèle post-moderne érigeant des stèles à l’identité neutre et aux messages sibyllins. L’autoportrait est à saisir comme une mise en scène relevant d’un processus d’identification, d’ouvertures, de découpes et d’enfermements parfois presque prophylactiques et toujours labyrinthiques.

Mark Manders est sur bien des points l’héritier des artistes de la combinatoire tels que Takis, Tinguely ou Ipoustéguy. Il est surtout très proche de David Altmejd. Ce dernier a pour particularité de vouloir exposer de manière quasi obsessionnelle le processus de création lui-même, au point d’y apposer le moulage de sa main qu’il duplique dans un mouvement mimant la création à l’œuvre. Le plasticien canadien voit son travail comme une gestation puissamment organique qui digère, parfois au sens strict, les déplacements névrotiques, les signes culturels de tous horizons, le rapport à son propre corps, lequel somatise et exsude ce que lui impose la compulsion à s’exprimer. Cela aboutit à d’immenses machines désirantes où le spectateur « pénètre» littéralement[…]

mark-manders-sculpture-11
mark-manders-sculpture-3
mark-manders-sculpture-2

Source : artefields.net

Paru la première fois sur artefields.net : Mark Manders, Self-portrait as a building