Dan Flavin, l’art minimal des événements

Les premières sculptures ou plutôt les premiers projets tridimensionnels et immersifs, ou tout du moins « situationnels » de Dan Flavin, prirent place entre 1963 et 1966 avec, entre autres, « The Diagonal of May 25 », 1963, un tube fluorescent de 244 cm suspendu au mur suivant un angle de 45°, une pièce dédiée à Constantin Brancusi et « Greens crossing greens (to Piet Mondrian who lacked green)”, réalisée pour une exposition au musée Van Abbemuseum à Eindhoven aux Pays-Bas. Ces deux pièces emblématiques sont à la fois comme des « axiomes » et un résumé de ce qui agitait alors le monde de l’art aux États-Unis et en Europe.

En effet, il s’agissait pour certains artistes, dont Dan Flavin et Donal Judd – chef de file (un peu à son corps défendant), de ce qui deviendra le Minimal Art, de réagir aux apories de l’expressionnisme abstrait, qui dans sa recherche de l’essence de la peinture était parvenu à une sorte de nihilisme revenant à faire de la toile tendue elle-même un tableau. « Une toile tendue ou clouée existe déjà en tant que tableau, sans pour autant être nécessairement un tableau réussi » (Clement Greenberg, « Après l’expressionnisme abstrait », 1962)[…]


En savoir plus

Paru la première fois sur artefields.net