Coco Capitan, rétrospective à la MEP

Coco Capitan is so busy !

Coco Capitan à seulement 27 ans a déjà franchi de nombreuses étapes. En effet, la jeune artiste plasticienne et photographe peut d’ores et déjà compter deux rétrospectives l’une au Daelim Museum à Séoul en 2018 et l’autre cette année à la Maison Européenne de la Photographie.

coco-capitan_mep_paris_2019_photography

Il faut dire que la jeune espagnole a connu avant même la fin de ses études au London College of Fashion suivi par un Master en Beaux-Arts au Royal College of Art une ascension fulgurante en commençant tout d’abord par travailler pour des magazines de mode indépendants, tel que Dust, puis pour des suppléments proposés par le Le Monde et le New York Times, suivis de prestations pour la Maison Margiela, Mulberry ou Paco Rabanne mais surtout Gucci par l’entremise de Alessandro Michele le directeur artistique de la marque qui lui confia le lookbook homme été 2015. En 2019 elle initie par ailleurs une campagne avec la marque espagnole de chaussures Camper qui lui a confié la « réécriture » d’un de leurs modèles fétiches.

Ce succès commercial ne résume pas tout le travail de la plasticienne, qui pratique tout aussi bien l’écriture, la peinture, les installations que la photographie conceptuelle (la série : After the big pop ») et de témoignage (« Middle point between mu house and China »).

C’est donc une artiste pluridisciplinaire, mais surtout éclectique qui se nourrit du post Pop Art et des avatars du structuralisme. C’est une jeune artiste très cultivée, post-moderne, qui pratique les arts visuels comme un « sampling » sémiotique, un mélange des signes et des iconographies sans aucun souci de cohérence ou systématisme, si ce n’est la narration plus ou fictionnelle, en tous cas toujours mise en scène, de sa « vie », on serait tenté de dire sa « life », ou encore la « story » de sa « life ». En effet, la connotation post internet et « digitale » est extrêmement forte et constitue notamment à travers son compte Instagram le squelette de sa démarche. Le film conducteur de la rétrospective n’est autre que la suite des enchantements, révoltes et mélancolies de Coco[...]

En savoir plus

Paru la première fois sur artefields.net

Pin It on Pinterest

Share This