Maisie Cousins

Maisie Cousins est une jeune photographe britannique de 23 ans. Elle a commencé, via les réseaux sociaux, à s’exprimer artistiquement dès son adolescence. Elle a déjà à son actif plusieurs publications et quelques expositions personnelles.

L’univers baroque de Maisie Cousins est emprunté, pour partie, à Peter Greenaway, notamment dans sa vision exacerbée de l’organique, de ce que la vie a de liquide, turgescent, de visqueux, fécondée de pulsations compulsives parcourues par mort laquelle n’est qu’un changement d’état du flux grouillant de la Nature. Comme chez Greenaway, la Nature est cependant enchâssée dans la culture comprise comme un masque parfois festif, souvent morbide.

Une autre influence nous frappe dès le premier abord, celle de Martin Parr. En effet, à l’instar de ce dernier, les images de Maisie Cousins offrent, grâce à l’utilisation du flash, non seulement un luxe impitoyable de détails épidermiques mais également des couleurs saturées aux ombres presque inexistantes. La lumière intense et diffuse permet ainsi de faire briller la texture des peaux, des liquides et des plantes, tout paraît efflorescent, palpitant. Il y a donc comme chez Martin Parr une esthétique pop art aussi criarde que les réclames des années 1960. La filiation n’est néanmoins que formelle.

Chez Maisie Cousins on ne trouve pas la moindre once de sociologique, encore moins d’intention documentaire. Elle n’est occupée que par la question du genre et la revendication orgiaque et festive de l’indépendance des femmes dans leurs corps et désirs à l’opposé de l’univers sirupeux et coercitif de la “Femme” médiatisée et lissée du modèle patriarcal.

Les modèles de Maisie Cousins sont recrutés par le truchement des réseaux sociaux et parmi quelques proches, ils viennent là se montrer dans une démarche subversive assumée, dénigrant les canons commerciaux. Les maquillages dégoulinent, les ongles sont sales, les ventres, cuisses sont légèrement velus, les aisselles et pubis foisonnants. Nous sommes à l’opposé de l’afféterie de l’industrie du luxe, pourtant assez bizarrement on y baigne littéralement.

maisie-cousins,photography,feminity,sex,grass,peonie,bum

 

En savoir plus.

 


Source : Artefields.net